mercredi 4 novembre 2015

Et si je n'étais pas un chiffre ?


Parce que j’y pense depuis juillet… Depuis le jour où je suis arrivée chez ma grand-mère sans mon Nike Fuel Band et sans balance. J’avais déjà commencé à y réfléchir quand mon coach, Fred, m’avait demandé de ne plus me peser… Cette obsession de la balance et même cette obsession des chiffres. 
Aujourd’hui à nouveau un article blabla j'avais envie de vous parler de mon prochain challenge… Car je pense qu'il parlera peut être à certain(e)s. Un challenge que pour la première fois je doute un peu réussir à atteindre, mais vous en parler c'est un peu comme signer un pacte. J’ai décidé que pendant 2 mois je ne me pèserai plus !

Depuis toujours j’ai la fâcheuse tendance à grossir facilement. Mon papa m’a toujours appris que si j'aimais les petits plaisirs la vie il fallait aussi un peu transpirer pour les éliminer. C’est avec lui que j’ai commencé à courir, le dimanche au bois de Pau. Je n’ai jamais été une enfant menue, mais j’étais dans la courbe « normale » du carnet de santé donc ça va. 


C’est en étant étudiante que c’est parti en sucette… La mal-bouffe, les soirées, maman et ses bons petits plats à 6h de train de chez moi. S’en est suivie une opération de la thyroïde (pour faire simple j’en ai plus) et là explosion ! Hypothyroïdie, j’ai pris 13kg en quelques mois. En finissant mes études je battais mon record de poids et j’y étais dans la courbe « sur-poids ».

C’est alors que j’ai découvert des trucs magiques, les régimes qui vous font perdre 5kg en un mois puis on en perd 15 ! On est trop heureux puis on revit (car on va pas se mentir, ces régimes ça vous fait sentir mauvais, mal aux reins et en plus ça vous coupe du monde) et on reprend.
Sans thyroïde c’est encore pire car plus tu grossis … plus tu grossis, ou plus tu mincis plus tu mincis et je passe sur l’humeur, la fatigue et tout. Bref pendant 5 ans c’était le WEI dans mon corps.


Puis j’ai découvert le sport, le healthy, la cuisine maison… Bonjour Darling en fait. Et depuis ça allait mieux, je fais de mini yoyo de 3/4kg en fonction des saisons mais rien de fou.

Mais plus le temps passe plus je me rends compte d’une chose : Je ne me vois pas ! Je n’arrive pas à savoir à quoi je ressemble. Je ne me regarde jamais. C’est lors d’un événement lingerie pour Triumph en juillet dernier que j’ai réalisé que ça n’allait pas, j’en suis même repartie quasiment en pleurs. Car un photographe m’avait confrontée à mon image en lingerie et que je n’arrivais pas à y faire face.

Je me suis donc posée cette question, le fameux « pourquoi ? ». Pourquoi alors que je suis passée du 44 au 38 je n’arrive toujours pas à me sentir bien ? Pourquoi alors que j’ai perdu 10kg et que j’ai le poids de mes 18 ans je n’arrive pas à me regarder ? Pourquoi alors que j’avais fait tous mes fuels et pas à faire en une journée je me sentais mal ?
Puis soudain j’ai compris. Je me suis toujours fiée à ces chiffres, comme s’ils me définissaient, si ma balance me dit tu es au même poids j’étais bien, si elle me dit tu as minci « youhou pizza » et grand sourire et si je prends c’est soupe et soupe à la grimace. La balance a réussi à régner sur ma vie, mon humeur et mon quotidien.

Le sport et cette année avec mon coach m’a fait voir beaucoup de choses différemment et j’ai envie de finir en beauté. Un peu comme l’ultime étape. Pas celle de perdre du poids, pas celle de rentrer dans un chiffre mais celle de me sentir bien et de me sentir moi. 
Le sport m’aide dans mon quotidien, physiquement et mentalement. Il m’aide à me vider la tête après une grosse journée mais aussi à dépasser mes limites et avoir un mental de championne, et ce au quotidien, au travail... Il m’aide aussi à me regarder, petit à petit et voir mon corps changer. J’aurais du l’écouter mon coach quand il m’a dit d’arrêter en janvier dernier, mais quand je vous dis que c’est un challenge très dur… C’est seulement aujourd’hui que j’ai le déclic, j’ai compris et je l’ai rangée très haut et très loin ma balance.
Je ne pense pas changer mes habitudes, continuer le sport car ça me fait du bien, continuer à faire attention et à compenser les petits excès par un peu d'effort mais dès que j'en ressens le besoin et plus dès que la balance "me le dit". 

Je sais que je ne suis pas la seule femme dans ce cas, celle qui est capable de se peser tous les jours voir plusieurs fois par jour. Aujourd’hui je me lance ce challenge, celui de ne pas me peser pendant 2 mois.
Et vous ? 
Si l'aventure vous dit aussi je vous propose de la partager ensemble avec le hashtag #smiledarlingsmile ;)


Rendez-vous en 2016 pour un bilan sur cette expérience qui, je le pense, pourra peut-être enfin me donner confiance en moi !

21 commentaires:

  1. Je me reconnais tellement dans ton discours, problème de thyroide également depuis mon enfance, donc effet yoyo garanti! Depuis 10 ans le sport fait parti de ma vie et malheureusement la balance aussi, comme toi si je vois que j'ai perdu c'est la fete du slip tout est permis, si j'ai pris 100gr (voir beaucoup plus ^^) c'est la déprime pendant des jours! pendant une longue période j'avais arrêté de me peser quand je suis partie a l'étranger et je me sentais super bien, en rentrant en france les gens m'ont dit "whouaa tu es affinée plus musclée ect ... " ça faisait plaisir, ben ouai pas de mirroire, pas de balance aucune confrontation avec mon image! Je te comprend la balance est notre pire ennemie, puisqu'au finale elle ne veut rien dire, au vu du sport pratiqué maintenant je me dis "ouai je pèse tant, mais plus de muscle et moins de gras " ca m'aide ^^ j'avoue être en "conflit" perpétuel avec on poids, surtout quand mon jean ne veut pas que mes fesses rentrent dedans :)

    RépondreSupprimer
  2. Ton message me parle car ca fait un moment que je veux "arreter" la balance : elle regne sur ma vie !!!je profite donc de ton post pour me lancer....je vais de ce pas lui enlever les piles histoire de la faire taire

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi aussi, cet article est très parlant. C'est fou comme c'est dur de couper le lien avec sa balance, alors qu'on sait que ça nous fait du mal et ça ne sert à rien ! Comme tu dis, c'est dommage de laisser un nombre influencer sa vie, d'autant plus que ce nombre a souvent peu de signification (si on mange salé la balance s'enflamme alors qu'on n'a pas vraiment pris du gras...). J'ai hâte de suivre ce nouveau projet sans balance et je vais tacher de m'en inspirer ^^ !

    RépondreSupprimer
  4. Depuis l'enfance, le rapport que l'on entretient avec notre corps est clinique, et forcément très lié au numérique. J'ai mis du temps avant de m'en détacher, mais je ne raisonne désormais plus qu'en aspect de silhouette. Mes fringues sont les meilleurs indicateurs d'une prise ou d'une perte de poids, et j'ai cessé de me torturer l'esprit et l'estomac quand j'ai compris que je n'étais pas définie uniquement par mes mensurations. Il n'est pas simple d'intégrer mentalement son nouveau corps, le cerveau met du temps à comprendre les contours de sa nouvelle enveloppe, mais ça vient avec le temps :) Belle journée à toi jolie Anne-Laure.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ton message ! C'est tellement encourageant et motivant de lire ce genre d'article. Tu t'y confie vraiment et cela permet de se rendre compte qu'on est pas la seule dans ce cas. Je vais tacher d'éloigner cette balance ! Comme tu dis notre corps ne se résume pas à un chiffre.

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Anne-Laure, j'aime beaucoup ton témoignage car tu es profondément sincère et ça fait du bien dans les blog de lire la "vérité" ! Tu aimes les challenges et celui-là je suis sure que tu vas le tenir !! Allez moi aussi je vais faire comme toi !! on se sert les coudes ! Ce qui compte c'est d'être épanouie parce qu'on est entouré, parce qu'on aime ce qu'on fait, parce qu'on répand un peu de bonheur autour de soi ! Exit les chiffres pour 2 mois (et même au délà) ça fera du bien ! Plein de courage !! Bisous. Mathilde

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Un joli article où je me retrouve lorsque tu parles "d'image de toi".
    Comme toi, j'étais "normale" lors de mon adolescence, puis il y a 2 ans, j'ai voulu perdre du poids, résultat 15kg puis 20kg perdu en 1 an et demi ! J'étais fière, malgré que je m'interdisais mon plus grand péché mignon : le chocolat ! Puis je suis partie à l'étranger, et là j'ai connu le pire du pire : ne plus rien manger et après manger n'importe quoi. J'étais malade de la bouffe ! Alors en rentrant j'ai commencé à reprendre du poids pour revenir à mon ancien poids. Malgré que mon corps était plus ferme qu'avant, j'ai toujours envie de revenir avec mes quelques kilos en moins. heureusement je viens de retrouver ma salle de sport, l'occasion de ne pas me peser comme toi pendant 2 mois :)

    RépondreSupprimer
  9. Super article ! J'ai connu une phase identique, où la balance me dictais mon comportement alimentaire.
    La seule "chance" c'est que je n'avais pas de balance chez moi, mais le vendredi soir, à peine franchie la porte de chez mes parents, je me pesais. Désormais, je n'ai plus de balance, et je le vis bien :)
    Bon courage et bravo pour cette bonne résolution (en avance ;) )!
    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour cet article !! Je réalise aussi depuis peu que je suis incapable de me regarder dans un glace, pour voir à quoi je ressemble, car finalement je ne sais pas de quoi j'ai l'air ! Le dicta de la balance est vraiment très dur et tu as raison c'est compliqué d'arrêter de se peser systématiquement. MERCI pour ton témoignage qui a le mérite de dire tout haut ce que nous pensons tout bas et qui redonne de l'espoir.

    RépondreSupprimer
  11. Je me reconnais beaucoup dans ton article (comme beaucoup d'entre nous), je n'ai jamais été aussi légère sur la balance et pourtant je me sens toujours aussi lourde devant mon miroir. C'est une bonne idée ce challenge, et ça me tente bien d'ailleurs! C'est peut-être la solution pour s'écouter un peu plus et ne pas laisser cette foutue balance influencer mon humeur..... allez, je tente l'aventure! :)

    RépondreSupprimer
  12. Merci d'avoir partagé ce sentiment que je ressens aussi.
    Moi aussi j'essaie de ne plus me peser (plus de pile dans la maquina).
    beijos

    RépondreSupprimer
  13. Article super bien écrit poulette !!

    RépondreSupprimer
  14. Ahh!! la relation amour/haine de la balance.... elle dictait mon humeur, bien plus que la météo! Quand elle penche du bon côté tu te relâches puis tu reviens au point de départ et comme tu le dis si justement c'est elle qui dicte tes envies et plus ton corps. C'est marrant que je lise ton article maintenant car ayant la même addiction à la balance, j'ai réalisé que beaucoup d'autres choses font varier le poids d'un jour à l'autre sans que forcément cela ne se remarque à l'oeil nu. J'ai finalement laissé tomber il y a 1 semaine la balance (une première!!) Je te suis dans ta motivation ça m'aidera aussi si je sens que c'est dur!! en tout cas bravo pour ton article plein de sincérité.

    RépondreSupprimer
  15. Oh cette maudite balance, qui nous sappe le moral dès qu on prend 100gr, cela fait longtemps que je pense m en séparer mais je n y arrive pas, alors là je crois que je vais te suivre, merci pour ce billet qui va sûrement nous aider toutes, à oublier cette mauvaise amie nommée balance. Un grand bravo pour ta sincérité. Bonne journée.����

    RépondreSupprimer
  16. Bien moi, j'ai arrêté de me peser depuis des années, et quand j’y pense en lisant ton article… Je ne suis pas sûre que ça a été si bénéfique, ou que je suis sortie d’une obsession malsaine, je dirais plus que j’ai fais un transfert. L’obsession s’est en fait aggravée une fois que je n’ai plus eu la notion de mes kilos.

    À ne plus avoir de repères chiffrés (puisque même si sans balance tu mesures ton tour de taille etc. tu fais face à une autre forme de chiffres au final), tu peux tomber dans quelque chose de pire. Ce ne sera pas forcément ton cas, mais ça a été le mien. Parce que le besoin de m’évaluer était toujours là, bien évidemment quand tu es mal dans ta peau et souhaite être au meilleur de toi-même, j’ai commencé à me scruter d’avantage et à me fixer certains repères sur mon corps qui dénoteraient de reprise ou de perte. Au quotidien, d’un jour à l’autre, d’une semaine à l’autre, cette forme d’évaluation se révèle inexacte voir destructrice. Tu as parfois l’impression d’avoir repris, tu sens physiquement que tu as repris, mais parfois il ne s’agit que d’un sentiment. Parfois tu ne fais pas gaffe pendant un temps, tu te regardes moins par manque de temps, tu oublies un peu à quoi tu ressembles puis quand tu fais de nouveau face à l’image de ton corps que renvoie ton miroir tu tombes des nues. Tu es soudainement persuadé que tu as repris, tu le vois, ton ventre s’est arrondi, c’est sûr depuis la dernière fois… Mais est ce seulement sûr ? Est ce juste une impression ? En tout cas, tu es toujours persuadée que non. Tu demandes de plus en plus l’avis de tes proches. Tu finis par être un peu chiante. Tu finiras aussi peut-être pas prendre d’avantage de photos avant / après, ça peut être aussi vertueux que dévastateur, surtout dans la durée. Tu examineras côte à côte des images, en essayant de déterminer plus ou moins ?

    Et si par malheur, tu vas chez le médecin et qu’il te pèse, tu peux être confronté à une réalité douloureuse : les chiffres, peut-être plus ceux d’avant, enfin tu crois, tu as perdu la notion. Surtout si sa balance ne mesure pas comme ce qui fut la tienne. Dans les magasins, tu essayes un vêtement, et soudain tu fais un blocage, tu te sens mal… Car le 36 ne passe plus. C’est peut-être la coupe. Ou peut-être que c’est toi qui a repris. Tu n’es jamais sûre. Parfois tu te mens.

    Il est assez tôt pour moi, donc j’ai un peu de mal à correctement verbaliser ce que ça peut être au quotidien. Mais de tout ça, je finis par conclure que la balance est finalement nécessaire, elle permet de rester plus saine – de confirmer ou au contraire infirmer que tu as bel et bien repris ou non. Comme avec la nourriture au final, il est question de modération. En fin de compte, c’est toute forme d’évaluation qu’il faut essayer d’éviter au quotidien, je pense.

    Personnellement, je ne sais pas si je pourrais faire le chemin inverse : Même en réintroduisant la balance, je pense que je continuerai de scruter le miroir, car j’ai pris l’habitude de cette forme directe d’évaluation.

    Désolée pour ce message un brin déprimant, mais je pense qu’il était important de vous mettre en garde toute contre ça.

    RépondreSupprimer
  17. Je te suis depuis deux ans et j’ai vu ton blog évolué. Le sport et la nourriture healthy sont devenus de plus en plus présents, tant dans les sujets que tu proposes à tes lecteurs, que dans tes textes. Ça reflète certes un changement dans ton mode de vie, mais est-ce que cela – au même titre que la balance – ne reflète pas une petite obsession ? Avoir tendance à grossir c’est une chose, avoir été plus ronde auparavant aussi… mais est-ce que tu ne devrais pas lâcher prise tout simplement ? Laisser ta morphologie s’épanouir, avec peut-être quelques kilos en plus parce que c’est comme ça que ton corps doit être, ou quelques kilos en moins qui s’en iront naturellement, parce que tu continueras à manger des plats sains (parce que tu les aimes et non pas pour compenser la pizza de la veille) et à courir pour te faire du bien. À qui cherches-tu à ressembler ? Pourquoi cette rigueur ? Tu es jolie comme tu es, tu as du charme, un joli minois, et je ne crois pas que quelques grammes en plus changeront tout ça… Pourquoi se priver de balance ? Au lieu de la ranger dans un coin, ne devrais-tu pas la laisser là où elle est ? Et l’accepter pour mieux l’ignorer ? En la cachant, tu ne règles pas le problème, tu l’enfouis seulement quelque part.

    Courage Anne-Laure !!

    Léa

    RépondreSupprimer
  18. Le Hibou et le Furet5 novembre 2015 à 17:43

    Joli article et challenge courageux ! Je te souhaite d'y arriver et de trouver ton équilibre...
    Courage !
    Marion

    RépondreSupprimer
  19. C'est marrant les coincidences, je pensais à celà il y a quelques jours. J'étais tout le temps en train de surveiller mon poids, même si je ne fais pas spécialement de régimes, mais je fais juste attention, et effectivement, je ne regardais pas tellement mon corps, je regardais tous les chiffres. Depuis qu'on a déménagé les piles de ma balance son morte... et ben je me pose beaucoup moins de questions sur mon poids! Tant que je rentre dans mes pantalons et que je ne vois pas de changement dans la glace, et que surtout je me sens bien je me fais beaucoup moins de soucis! Il faut que je recommence le sport intensivement, mais pour l'instant je suis plus en paix avec mon corps car il n'y a plus de chiffres entre nous :)

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    Même problème avec la balance. Moi j'ai grandi avec une balance à cause des compétitions et des catégories de poids. Du coup c'est une sale habitude très difficile à perdre. Il faut se sentir bien dans son corps et dans ça tête et ne pas se réduir à un chiffre, c'est comme si on s'appelait par des codes barres. J'ai écrit une article sur l'effet balance sur mon blog. Se serai un plaisir que tu visite mon site et lise mon article :
    http://jesuisbien.fr/tous/je-suis-belle/le-petit-poids/
    En tout cas heureuse de savoir qu'on est pas seules dans ce cas. Et bien entendu le sport est essentiel pour une vie saine et une pensée plus positive.
    A bientôt
    LineC de jesuisbien.fr

    RépondreSupprimer
  21. Joli témoignage... Après quelques années de troubles alimentaires, j'ai eu ce déclic aussi.
    Et du jour où j'ai arrêté de me peser, j'ai redécouvert la vie. Le fait de se faire plaisir sans culpabiliser, le fait de s'écouter, de bouger pour se sentir bien.
    Bref, je n'ai plus de balance depuis des années, et je m'en porte bien!

    RépondreSupprimer